Articles

Le défaut des sondes Pitot Thalès AA

Airbus et la stabilité statique longitudinale des avions

Air Algérie 5017 : Histoire d’une recommandation

Lors de l'accident du vol Air Algérie 5017 le 24 juillet 2014, selon le BEA il est « vraisemblable » que l’équipage n’avait pas activé le système d’antigivrage des réacteurs. Le MD 83 du vol AH 5017 était équipé de 2 réacteurs de type JT8D. 10 ans plutôt, le NTSB avait fait la recommandation suivante à la FAA : « Développer un indicateur de givrage dans les entrées d’air des réacteurs JT8D car les pilotes n’ont aucun moyen de savoir que les capteurs de pression givrent (A-04-35) ». Archive 2015

Air Algérie 5017 : "ils ont un radar, qu'ils se démerdent"

Le 24 juillet 2014, le MD83 EC-LTV de la compagnie espagnole Swiftair décolle de nuit de l’aéroport de Ouagadougou vers 1h15 à destination d’Alger. C’est le vol Air Algérie 5017. Lors de la montée, l’équipage fait plusieurs altérations de cap pour éviter une zone orageuse avant d’atteindre le niveau de croisière FL 310. Quelques minutes plus tard, la vitesse de l’avion décroît, l’avion perd de l’altitude puis chute brusquement en virage par la gauche. Il heurte le sol avec une grande vitesse. 116 passagers et membres d’équipage sont tués. Archive 2015

TAM 3054 : 4 ans et 199 morts de retard

Le 17 juillet 2007, l’Airbus A320 PR-MBK de la compagnie TAM sortait de la piste 35L à Congonhas Sao Paulo (Brésil), provoquant la mort de 199 personnes. Le 10 novembre 2010, l’EASA et Airbus envisagent des mesures de prévention avec 4 ans de retard. Explications : archive 2010

TAM 3054 : analyse systémique

Le 17 juillet 2007, l’Airbus A320 PR-MBK de la compagnie TAM sortait de la piste 35L à Congonhas Sao Paulo (Brésil), provoquant la mort de 199 personnes. Archive 2008

Saga AoA

18 novembre 2012 : suite à un givrage, un A330 de la compagnie Taïwanaise EVA Air subit un blocage des 3 sondes AoA pendant la montée. A haute altitude, le pilote automatique se déconnecte et les calculateurs, qui détectent une situation proche du décrochage, commandent un ordre à piquer que l’équipage ne peut pas contrer malgré une action maximale à cabrer sur les commandes. L’avion se met en descente avec une forte vitesse verticale. L’équipage a alors le réflexe salvateur de couper les calculateurs ADRs, ce qui entraîne la sortie de la protection d’incidence et permet la reprise du contrôle de l’avion. Cette action, non répertoriée dans les procédures d’urgence, a sans doute permis d’éviter une catastrophe. Il n’y eut aucune enquête, aucun rapport, aucune recommandation après cet incident très grave… Archive 2015

West Caribbean 708

Le 16 août 2005, un MD82 de la compagnie colombienne West Caribbean Airways s’abîmait dans la
plaine de Machiques (Venezuela) avec à son bord 152 passagers de la Martinique et 8 membres
d’équipage colombiens. Une instruction était ouverte le 18 août 2005 pour homicides involontaires.
J’interpelle ici Sébastien COLOMBET, Juge d’instruction au TGI Fort de France qui a ordonné un non-lieu. Archive 2017

Un risque Toronto à Gillot

Image
La présence d'un obstacle (marina) situé à environ 60m de l'extrémité de la piste 12 de l'aéroport de Gillot entraînera une catastrophe si un avion sort de la piste lors d'une interruption de décollage par exemple. Archive 2008